Dinah Salifou Camara

Dinah Salifou régna à partir de 1887 sur les Nalous, un peuple de Guinée dans la région dite des Rivières du Sud.

Dans cette région troublée, Dinah Salifou souhaitait marquer son indépendance vis-à-vis des Français, tout en sollicitant occasionnellement leur appui. Son règne a sans cesse été marqué par cette ambivalence.

Considéré à la fois comme un grand résistant, il est également jugé naïf pour s’être laissé abuser par la générosité intéressée des puissances coloniales. Ainsi, le gouverneur des Rivières du Sud, le Dr. Bayol, l’invita à Paris pour l’exposition universelle qui vit l’érection de la tour Eiffel. Ce voyage constitua un émerveillement, mais lui a été fatal. Pendant son absence, les troubles reprirent de plus belle dans la région, à l’instigation de son cousin Tonga. Dinah sollicita une nouvelle fois le soutien des Français. Ne l’obtenant pas, il finit par faire exécuter son rival. Et ce, grâce à la demande expresse du commandant de cercle Opigez qui voulait voir cesser les troubles. Pourtant les Français ne lui en furent pas reconnaissants. Au contraire, il fut assigné à résidence à Saint-Louis où il s’éteint dans la misère en 1897.

Acclamé et respecté par les plus hautes instances, c’est son voyage à Paris qui lui valut sa chute. Naïf quelques fois, trahi par les français, jalousé par quelques membres de sa famille, il est aujourd’hui considéré comme un héros dans son pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *