TOMBOUCTOU, LA VILLE HISTORIQUE DU SAVOIR

Selon la tradition, Tombouctou serait le « puits de Bouctou », vieille femme targui installée au XIIe siècle dans la « bosse de chameau », boucle formée par le fleuve Niger. Idéalement située entre l’Afrique saharienne, arabo-berbère, et l’Afrique soudanaise, la ville se développe considérablement sous Kanga (ou Mansa) Moussa qui règne sur l’empire du Mali au XIVe siècle.

Mansa Moussa constitua une véritable cour d’érudits à Tombouctou. C’est ainsi que la ville est devenue le centre international de la pensée. Tombouctou voit le nombre de ses écoles exploser, au point d’accueillir dans ses 180 établissements près de 20 000 étudiants pour 80 000 habitants. Dans ce haut lieu de la culture, les manuscrits qui circulent se comptent alors en milliers.

Mais à la fin du XVIe siècle, après la bataille de Tondibi, Tombouctou est mise à sec par les mercenaires espagnols et ses savants sont déportés au Maroc. La ville entre dans un long sommeil. C’est donc dans une cité sans éclat qu’entre clandestinement en 1828 René Caillié, jeune explorateur autodidacte attiré par la réputation ancienne de la « ville aux 333 saints ».

Source: Herodote.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.