N’Datté Yalla

Chef d’Etat, résistante, nationaliste et éducatrice, N’Datté Yalla est la dernière souveraine du royaume du Waalo. Elle accédera au trône le 1er octobre 1846, à la mort de sa grande sœur. Son règne sera surtout marqué par une défiance permanente des français contre lesquels elle a livré une bataille acharnée. Elle s’opposa, en particulier, à Faidherbe en revendiquant la possession de l’île de Sor (actuelle ville de St-Louis) que le Gouverneur voulait annexer.

Dès 1847, elle s’opposa au libre passage des Sarakolés qui ravitaillaient l’île de St-Louis en bétail. Ensuite elle adressa une lettre au gouverneur exprimant sa volonté de défendre le respect de sa souveraineté sur la vallée en ces termes : «c’est nous qui garantissons le passage des troupeaux dans notre pays ; pour cette raison nous en prenons le dixième et nous n’accepterons jamais autre chose que cela. St-Louis appartient au Gouverneur, le Cayor au Damel et le Waalo au Brack. Chacun de ces chefs gouverne son pays comme bon lui semble». Elle refusa donc de rembourser les dommages commis comme le réclamaient les français. Elle finit par faire prévaloir ses droits sur l’île de Mboye et sur l’île de Sor qu’elle affirma n‘avoir jamais vendu à personne.

Dans une correspondance adressée le 23 mai 1851 à Faidherbe, elle s’exprimait en ces termes : « Le but de cette lettre est de vous faire connaître que l’Ile de Mboyo m’appartient depuis mon grand-père jusqu’à moi. Aujourd’hui, il n’y a personne qui puisse dire que ce pays lui appartient, il est à moi seule  ». Ndatté se considérait comme le seul souverain du Royaume du Waalo

Avec cette mesure, la guerre devenait inévitable. Les français voulaient assurer la sécurité de leur commerce dans la vallée du fleuve. C’est ainsi que le 5 février 1855, Faidherbe déclencha la bataille au Waalo. Et finalement, la force coloniale battra les troupes du Waalo le 25 Février 1855.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.